Guide pratique pour préparer son voyage au Chili

Nous vous avons concocté un petit guide pratique sur le Chili. Entre chaleur et plages, froid et glaciers, voici donc toutes les informations nécessaires ainsi que nos conseils pour préparer au mieux votre voyage dans ce pays aux multiples facettes. A vous ensuite, de préparer vos bagages direction le Chili en Amérique du Sud !

NOTE : en raison de la crise sanitaire, veuillez vous renseigner des conditions d’entrées du pays (vaccin, test PCR…) au moment de votre voyage. Nous ne les avons pas indiquées étant donné que la situation sanitaire change sans cesse.

carte représentant où se situe le Chili en Amérique du Sud

Préparer son voyage au Chili – Sommaire

➳ 1. Quelle est la meilleure période pour visiter le Chili ?

➳ 2. Faut-il des vaccins spécifiques pour voyager au Chili ?

➳ 3. Est-ce qu’un visa est nécessaire ?

➳ 4. Comment y venir

➳ 5. Comment se déplacer au Chili

➳ 6. Où dormir au Chili

➳ 7. Argent, budget et banques

➳ 8. La sécurité au Chili

➳ 9. Informations pratiques


Quelle est la meilleure période pour visiter le Chili ?

Le Chili est un pays extrêmement étendu s’étirant sur environ 4300km ! Par conséquent, le temps et les températures varient énormément en fonction des régions, parfois même entre la côte et l’intérieur des terres. Pour simplifier, nous pouvons quand même considérer que le pays est scindé en 3 zones climatiques : Nord, Centre et Sud.

carte des différentes zones climatiques du Chili

Par contre, si vous souhaitez avoir plus de précisions mois par mois en fonction des régions, nous vous conseillons l’article du site « planificateur à contresens ».

A emporter dans sa valiseTout cela va dépendre de la région que vous visitez mais d’une manière générale, prévoyez des vêtements mixtes, chauds et imperméables. Par exemple, si vous vous rendez dans le désert d’Atacama, la journée peut être très chaude. Des vêtements légers mais couvrants, crème solaire (indice élevé), chapeau et lunettes de soleil à indice de protection élevé seront de rigueur. Par contre, le soir étant plus frais, un vêtement chaud et un pantalon seront alors les bienvenus. A l’inverse, si vous vous rendez dans le Sud, il vous faudra aussi être très bien équipés contre le froid et la pluie (vêtements chauds imperméables, chaufferettes, coupe vent, bonnet, gants, lunettes de soleil…). Pensez à prendre également des chaussures de randonnées.

Faut-il des vaccins spécifiques pour voyager au Chili ?

Il n’y a pas de vaccins obligatoires. Il est cependant recommandé d’avoir ses vaccins de bases à jour. Au Chili, il n’y a pas de paludisme, ni de fièvre jaune donc il n’est pas nécessaire d’être vacciné contre cette dernière. Par contre, en fonction de vos conditions de voyages (isolement, hygiène), il peut être utile de vous faire vacciner contre la rage, la typhoïde, hépatite A et B. D’une manière générale, le Chili est un pays sûr sanitairement parlant. Si vous souhaitez plus d’informations sur les vaccins dans le cadre du voyage, n’hésitez pas à consulter notre article sur les vaccins.

Est-ce qu’un visa est nécessaire ?

Pour les ressortissants français, un visa n’est pas nécessaire pour une durée inférieure ou égale à 90 jours. Il suffit simplement d’avoir un passeport valable plus de 6 mois après la date de retour. Pour un long séjour ainsi que les informations sur le type de visa nécessaire, veuillez consulter le site du consulat du Chili à Paris. Lors de votre arrivée, une « Tarjeta Unica Migratoria« , vous sera délivrée. C’est une carte imprimée sur papier comportant vos informations de passeport, que vous devrez garder sur vous lors de votre séjour au Chili. Ne la perdez pas, elle vous sera demandée à la sortie du territoire. L’île de Pâques appartient également au Chili, mais applique ses propres conditions d’entrées. Nous avons donc crée un guide pratique pour préparer son voyage à l’île de Pâques où vous pourrez retrouver toutes les infos nécessaires.

Comment venir au Chili

Pour venir au Chili, la voie la plus commune est bien entendu la voie aérienne. Pour trouver un billet d’avion pas cher, utilisez des comparateurs de vols tels que Kayak ou Skyscanner.

Temps de vol︱Pour un vol sans escale Paris-Santiago comptez environ 14H.

BON A SAVOIR︱Si vous transitez par les Etats-Unis pour venir au Chili, un document ESTA est obligatoire. La demande en ligne est rapide. L’ESTA coûte 14$ et sa durée de validité est de 2 ans. Voici le site officiel pour l’obtenir.

Décalage horaire︱Là c’est aussi un petit peu compliqué car le Chili applique le système heure d’été/heure d’hiver comme nous mais pas en même temps. En fonction de la période de l’année, il peut y avoir 4h, 5h ou 6h de décalage avec la France. Par exemple, s’il est 10h au Chili, il peut être 14H, 15h ou 16h en France. Pour rajouter encore à la complexité du fuseau horaire, l’île de Pâques a aussi un décalage horaire de 2h de moins que le Chili. Durant nos voyages, nous utilisons l’horloge parlante pour savoir l’heure exacte dans un pays.

Une deuxième option, reste les frontières terrestres. Lors de notre voyage, nous avons traversé la frontière terrestre Bolivie-Chili au sud du Salar d’Uyuni. Le passage Hito Cajon est un petit poste frontière perdu au milieu de nulle part non loin de San Pedro d’Atacama. Le Chili étant étendu, les postes frontières terrestres avec le Pérou, la Bolivie et l’Argentine sont nombreux. Voici la liste intégrale.

4x4 au poste frontière Bolivie-Chili appelé passage Hito Cajon

BON A SAVOIR︱Le douanier côté Bolivie, nous a demandé 15 bolivianos (environ 1,80€) chacun pour pouvoir apposer le tampon de sortie sur nos passeports. Nous n’avons jamais payé de backchich durant notre voyage, mais là on a pas vraiment eu le choix !

passage frontière Chili au milieu du désert d'Atacama

Comment se déplacer au Chili

✴ En bus

C’est sans conteste, le moyen de transport le plus développé mais aussi un des moins cher ! Vous pourrez aller quasiment partout ! Par contre, il faut savoir qu’il y a différentes options au niveau des sièges qui influeront sur le prix. Pour des trajets courts, un bus avec des sièges classiques sera amplement suffisant. Par contre, pour des trajets longs, vous aurez le choix entre des sièges semi-cama ou cama.

Ces derniers s’inclinent à 160° voire 180° en fonction des compagnies, et les semi-cama à 140°. La plupart du temps, ces deux catégories cohabitent dans un bus à étages : sièges semi-cama en haut, cama en bas. Les sièges cama sont confortables, une couverture et un oreiller sont fournis, ainsi qu’un snack/repas la plupart du temps. Parfois, vous aurez même votre TV individuelle, le grand luxe ! La différence de prix étant peu importante entre les deux, nous avons donc voyagé la plupart du temps en cama. Croyez-nous lors de nos 26H de trajet (oui, oui c’est possible !) entre Iquique et Santiago, nous avons apprécié les avoir choisis.

panneau d'arrêt de bus au Chili

✴ En avion

C’est la façon la plus rapide de voyager au sein du pays en raison de sa longueur. Il est préférable de privilégier l’avion surtout si vous avez peu de temps sur place et que vous souhaitez faire de grandes distances. Plusieurs compagnies assurent des vols intérieurs telles que Latam Airlines (anciennement Lan Airlines) et Sky Airlines réputées pour leur sérieux. Nous avons été très satisfaits de notre trajet avec la compagnie Latam quand nous nous sommes rendus sur l’île de Pâques. Il existe aussi une compagnie low-cost : Jetsmart.

Quoiqu’il en soit, pensez à réserver votre vol à l’avance. Pour exemple, nous avions vu un vol Iquique-Santiago à 32€/personne, nous avons traîné à l’acheter, pensant que les tarifs de vols intérieurs seraient toujours dans ces prix là….et mauvaise surprise, le vol était passé à 206€ lors de notre arrivée à Iquique quelques jours plus tard…ce qui nous a valu 26H de bus pour rejoindre Santiago…

✴ En voiture

Vous pouvez aussi décider de louer une voiture pour sillonner les routes du Chili. La plupart des agences de location comme Avis, Europcar ou encore Hertz possèdent un comptoir aux aéroports et des bureaux dans les grandes villes. Bien sûr, le coût sera élevé mais cela peut être une option à envisager si vous voulez être autonome. Enfin, pensez à faire la demande de permis de conduire international avant votre départ au risque de vous faire refouler aux agences de location. A savoir qu’il est valable 3 ans, gratuit et que la démarche s’effectue auprès de votre préfecture.

✴ En stop

C’est le meilleur moyen de transport pour rencontrer des personnes de tous horizons selon nous. C’est également l’occasion d’emprunter différents types de véhicules (van, pick up, camions…). Néanmoins, ayez à l’esprit que l’attente peut parfois être longue dans des zones où le trafic est peu intense. Disons que pour voyager en stop, il faut quand même s’armer de patience !

✴ En train

Le réseau ferroviaire est peu développé puisqu’il s’étend de Santiago à Puerto Montt plus au sud. Il y a aussi une ligne qui relie Arica à La Paz, capitale de la Bolivie. Vous pourrez retrouver toutes les informations utiles sur le site de la société de chemin de fer nationale chilienne, plus connue sous le nom de EFE (Empresa de los Ferrocarriles del Estado).

✴ En bateau

Le Sud du Chili comporte beaucoup d’îles, de fjords et d’endroits accessibles uniquement par bateau. Il y a donc quelques routes maritimes que se partagent plusieurs compagnies : Naviera Austral, Transmarchilay. Par ailleurs, Skorpios assure des croisières de luxe à travers la Patagonie Chilienne. Navimag, quant à elle, propose d’explorer la Patagonie lors d’une croisière de 4 jours et 3 nuits. Cela doit être une expérience absolument fabuleuse ! Pour vous donner envie de visiter ces coins plus reculés, voici une carte de leur itinéraire.

carte de la croisière navimag
Source : Navimag

✴ Autres moyens de transport

Pour vous déplacer dans les villes, vous aurez différents choix :

  • les taxis
  • les colectivos : c’est un peu comme les taxis mais moins chers. Ce sont des voitures noires qui ont une pancarte sur le toit indiquant leurs arrêts.
  • les micros : ce sont des bus qui circulent uniquement en ville ou dans la périphérie proche.
  • le métro : seul Santiago est équipé du métro. Pour l’emprunter c’est simple, il suffit d’acheter la carte Bip qui coûte 1550 peso (environ 1,74€), et de la charger du montant souhaité. Les tarifs des billets varient entre 640 (0,71€) et 800 (0,89€) peso en fonction des horaires de la journée.
carte du plan de métro de Santiago du Chili
Source : métro de Santiago

Où dormir au Chili

Le pays offre une large possibilité d’hébergements allant du camping à l’hôtel luxueux. Vous trouverez donc forcément un logement en fonction de votre budget mais nous devons souligner que les logements sont quand même assez chers. Parmi les auberges de jeunesse que nous avons fréquenté, nous avons eu la surprise d’avoir un lit triple superposé (oui, oui, ça existe !) dans un mini-dortoir pour 6 personnes. Honnêtement, j’ai choisi la place du milieu parce que celle en haut ne m’inspirait pas du tout. Loulou avait eu une place en bas sur le lit en face de moi, la chance ! Nous avons aussi fait pas mal de camping sauvage sans avoir rencontré le moindre problème. D’ailleurs, nous avons écrit un article pour vous aider à choisir votre matériel de camping.

lit triple superposé

Argent, budget et banques

La monnaie au Chili est le peso chilien ($Ch). En 2020, 1€ = 888$Ch. Pour connaître le taux de change actuel, nous utilisons ce convertisseur. Le Chili n’est pas un pays bon marché contrairement à ce que l’on pourrait penser. Par conséquent, un voyage au Chili coûte relativement cher car la vie sur place est coûteuse. Niveau budget, cela dépendra bien évidemment de votre façon de voyager.

✴ Retirer de l’argent : banque, frais de retrait

Dans la plupart des pays étrangers, les banques prennent des frais de retrait mais vous pouvez les éviter. Au Chili, Scotiabank et Banco International ne prélèvent aucun frais contrairement aux autres banques. A chaque fois, nous avons retiré le maximum disponible au distributeur à savoir 200000$Ch (environ 224€). Autrement, les frais varient entre 4700 (5,27€) et 6000$Ch (6,71€).

BON A SAVOIR︱Scotiabank est un des membres fondateurs de l’alliance GAB mondiale. Cela représente des avantages non négligeables puisque lors de votre voyage, il suffira d’utiliser les guichets des banques internationales membres de l’alliance. Ainsi, vous n’aurez pas à payer de supplément ni de frais d’accès. Voici donc la liste des guichets à travers différents pays.

Il faut avoir à l’esprit également que votre banque personnelle peut prendre une commission sur vos retraits à l’étranger. Attention, le pourcentage est parfois très élevé ! Bien entendu, ces frais s’ajoutent à ceux des banques étrangères ! Durant notre voyage nous avons utilisé Monabanq où aucun frais de retrait à l’étranger ne s’appliquait (sous certaines conditions). Depuis notre retour, nous sommes clients de la banque N26 où, là encore, aucun frais de retrait à l’étranger n’est prélevé. Pensez aussi à prévenir votre banque de votre voyage à l’étranger. Cela évitera que celle-ci croit que vous êtes victime d’une fraude et bloque votre carte bancaire.

La sécurité au Chili

C’est un pays sûr. Cependant, il convient de respecter certaines règles de bon sens. A savoir, d’éviter d’afficher des objets de valeurs. Quand vous êtes à l’étranger, il faut se « fondre dans la masse » et ne pas attirer l’attention sur soi. Evidemment, veillez à bien faire attention aussi à vos affaires dans les transports en commun mais nous supposons que vous le faites déjà au quotidien. Bien que nous ayons fait du stop et du camping sauvage, nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité au Chili. Les habitants sont vraiment serviables et gentils.

BON A SAVOIR︱ Avant d’entreprendre votre voyage, renseignez-vous aussi sur la sécurité du pays en consultant le site du ministère de l’Europe et des affaires étrangères.

Informations pratiques

Langues parlées︱Espagnol, dialectes locaux. L’Anglais est aussi parlé dans les zones principalement touristique. Apprendre quelques mots de la langue locale est toujours plus sympa pour créer un premier contact. Et puis, c’est aussi une forme de respect vis-à-vis du pays qui vous accueille. Voici donc quelques basiques en Espagnol :

  • Bonjour : il y différentes façon de le dire en fonction de l’heure de la journée : jusqu’au déjeuner : Buenas dias ; du déjeuner à la tombée de la nuit : Buenas tardes ; à la tombée de la nuit : Buenas noches. Sinon, le mot « Hola » fonctionne très bien à toute heure !
  • Au revoir : Adiós
  • S’il-vous-plaît : Por favor
  • Merci : Gracias
  • Oui : Si
  • Non : No
  • Combien cela coûte ? : Cuánto vale ?
  • Je m’appelle… : Me llamo…

Prise de courant︱Les prises de courant sont différentes de celles utilisées en France. Il faudra donc prévoir un adaptateur universel.

WIFI, Internet︱L’accès à internet se fait facilement par le biais de la connexion wifi des hôtels.

EauL’eau du robinet n’est pas potable. Par contre, vous pouvez en boire à condition de faire bouillir l’eau, d’utiliser une gourde filtrante ou d’utiliser des produits style Micropur. L’idéal reste quand même d’acheter des bouteilles d’eau encapsulées. Vous en trouverez partout.

➳ Voilà ! Nous espérons que notre petit guide pratique vous aura aidés à préparer votre futur voyage au Chili. Si vous voulez prolonger le plaisir, n’hésitez pas à consulter notre itinéraire de 6 jours à l’île de Pâques !

signature animée blog de voyage tour du monde des loulous

Avez-vous aimé cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.