Comment faire voler son drone au Sri Lanka ?

Lors de la préparation de notre voyage au Sri Lanka, plusieurs de nos principales questions concernait le drone. Est-il possible de voyager avec un drone au Sri Lanka ? Quelles sont les démarches à réaliser ? Quelle est la réglementation des drones au Sri Lanka ? Il est vrai que voyager avec un drone à l’étranger n’est pas toujours une mince affaire…Après des dizaines de mails envoyés aux autorités sri lankaises pour avoir des infos, nous nous sommes dits que cet article pourrait servir à d’autres voyageurs. Alors, voici la démarche à suivre pour faire voler votre drone en toute légalité au Sri Lanka.

Peut-on voyager avec son drone au Sri Lanka ?

La réponse est OUI ! Même si cela est une bonne nouvelle, il faudra néanmoins réaliser plusieurs démarches administratives et respecter certaines règles. Nous vous expliquons tout en détails.

Faut-il une assurance responsabilité civile pour faire voler son drone au Sri Lanka ?

OUI ! Demandez une attestation de responsabilité civile pour votre drone auprès de votre assurance. C’est une démarche gratuite et rapide. Les drones de catégorie A, B et C (nous les détaillons un peu plus loin) doivent être assurés. Par exemple, pour les drones de catégorie C, il faut posséder une couverture d’assurance responsabilité civile de l’ordre de 400 000 RS (Roupies Sri Lankaises) minimum.

Voyager avec son drone au Sri Lanka

Dans cette partie, nous allons vous dévoiler étape par étape quelles formalités accomplir pour pouvoir faire voler sereinement votre drone au Sri Lanka. Pour cela, vous devrez décrocher l’approbation de l’utilisation de l’espace aérien via la CAASL et l’habilitation de sécurité reçue par l’OCDS. L’un ne va pas sans l’autre. Voyons tout cela précisément !

✴ ETAPE 1 – Enregistrement de son drone auprès de la CAASL (Civil Aviation Authority of Sri Lanka)

Explication des catégories de drone

Avant toute chose, il faut savoir que l’enregistrement sera obligatoire en fonction de la classe de poids, appelée MTOM, de votre drone. La Maximum Take-Off Mass (MTOM) est divisée en 4 catégories :

  • Catégorie A : drone de + de 25 kg
  • Catégorie B : de 1 kg à 25 kg
  • Cat. C : de 200 g à 1 kg
  • Cat. D : moins de 200 g

BON A SAVOIR︱L’enregistrement auprès de la CAASL ne sera pas obligatoire si le drone ne dépasse pas 200 grammes (catégorie D), s’il est dépourvu d’un dispositif de captures de données (pas de caméra, ni d’appareil photo), si le vol se déroule dans vos locaux (terrain privé) ou ailleurs mais avec le consentement du propriétaire et toujours en dessous de 150 pieds soit environ 45 mètres d’altitude.

Les drones de catégorie A, B, et C doivent obligatoirement être enregistrés. De plus, à partir du moment où le drone possède un système de captures de données (caméra, appareil photo), il devra obligatoirement être inscrit auprès de la CAASL. Personnellement, notre drone étant un DJI Mavic 2 Pro (catégorie C), nous avons dû demander l’approbation de la CAASL.

Comment enregistrer son drone à la CAASL

Il faut remplir le formulaire CAA/AU/O15 auquel plusieurs photos du drone, dont le numéro de série et la facture d’achat, doivent être joints. Il sera aussi demandé de noter le « CAASL Approved Type List Reference Number ». Cette liste regroupe les types de drone approuvés par le Sri Lanka. Notez la référence liée à votre modèle de drone. Par exemple, pour le DJI Mavic Pro 2, il s’agit de la référence CAASL/APT/0017. Si toutefois votre drone ne figure pas dans la liste, il faudra remplir le formulaire CAA/AU/019 afin de demander l’approbation de votre drone auprès de la CAASL.

Une fois que tout est ok, l’ensemble (formulaire + pièces jointes) doit être envoyé à cette adresse mail : drone@caa.lk

Le délai de traitement est d’environ 5 jours. Nous avons ensuite reçu un mail attestant que notre enregistrement avait été validé et qu’un numéro d’identification avait été attribué à notre drone. Gardez bien le mail au cas où.

✴ ETAPE 2 – Obtenir des lettres de « Non objection »

Cette démarche devra être réalisée si votre plan de vol contient des zones spécifiques telles que les parcs nationaux ou archéologiques entre autres. Dans ces cas de figures, il faudra absolument obtenir une lettre de « non objection » des autorités ayant en charge les lieux que vous envisagez de survoler. Le courrier devra inclure le nom des lieux, la date et les horaires prévus de vol entre autres.

Voici quelques détails supplémentaires pour y voir plus clair :

  • pour survoler une zone archéologique comme certains lieux sur l’île de Delft ou Sigiriya par exemple, il faut obtenir une lettre de « non objection » du département archéologique du Sri Lanka. D’ailleurs, vous trouverez sur cette carte, tous les lieux archéologiques de l’île pour lesquelles une autorisation sera nécessaire.

AdresseDepartment of Archaeology, Sir Marcus Fernando Mawatha, COLOMBO – district 07, Sri Lanka. Contact mail : arch.promotion2017@gmail.com

  • concernant le survol des parcs nationaux, réserves naturelles, etc… il faudra avoir une lettre de « non objection » du département de la vie sauvage du Sri Lanka.

AdresseDepartment of Wildlife Conservation, 811A, Jayanthipura, BATTARAMULLA, Sri Lanka. Contact mail : dwc.researchandtraining@gmail.com

Attention, si vous décidez de faire voler votre drone dans des lieux soumis à des restrictions, vous devez absolument obtenir ces lettres. De plus, elles seront demandées lors de la dernière étape (n°3).

✴ ETAPE 3 – Obtenir une habilitation de sécurité auprès de l’OCDS (Office of Chief of Defence Staff)

Pour faire simple, l’OCDS est le bureau du chef d’état-major de la défense. Conformément à la procédure définie par les autorités sri lankaises, l’habilitation de sécurité est une condition préalable pour avoir le droit de voler avec son drone. Il y a trois possibilités pour la recevoir :

  • OPTION 1 : Compléter cette lettre qui servira à détailler votre plan de vol (date, horaire et lieu des sites) et les caractéristiques de votre drone. Envoyez-là ensuite à cette adresse mail : ocds.drone@gmail.com
  • OPTION 2 : Joindre cette déclaration remplie et accompagnée de la copie de son passeport à l’adresse mail suivante : drone@caa.lk
  • OPTION 3 : Remplir ce formulaire directement en ligne. Les avantages : le CAASL s’occupe de transférer directement votre demande à l’OCDS et vous pouvez inclure jusqu’à 100 lieux différents pour votre plan de vol.

Peu importe l’option sélectionnée, le résultat sera le même. Lors de notre demande, l’option 3 n’existait pas. Elle a vu le jour début mars 2022. A choisir, c’est celle que nous vous conseillons car elle facilite énormément le processus du fait que le CAASL transmette directement la demande à l’OCDS.

BON A SAVOIR︱Il faudra joindre l’attestation d’assurance responsabilité civile ainsi que les lettres de « non objection » (si vous en avez).

Au niveau du délai de réponse, comptez environ une dizaine de jours. Si tout est ok, vous recevrez un mail d’approbation + les frais à régler. Enfin, nous avons trouvé ce tableau récapitulatif fourni par le CAASL (en anglais), qui permet de voir en un clin d’oeil quelle démarche effectuer. Hyper pratique !

réglementation drone Sri Lanka par catégorie
Source : CAASL

Combien ça coûte de faire voler son drone au Sri Lanka ?

Pour 30 jours, soit la durée du visa octroyé, le prix s’élève à 11 980 RS en 2022. Bien entendu, ce tarif évoluera certainement. Le paiement peut s’effectuer directement sur place au bureau de la CAASL ou en ligne. Cette dernière option est la plus simple mais 3% de frais s’appliqueront en plus du montant total.

Faut-il anticiper ce protocole ?

Oui, oui et oui ! Personnellement, nous avons commencé à nous renseigner minimum 2 mois avant le départ. Sincèrement, cela a été le parcours du combattant. Nous avons envoyé de nombreux mails sans obtenir de réponses précises à nos questions donc nous avons recommencé encore et encore….Rassurez-vous, nous vous avons épargné tous ces tracas grâce à cet article. Et puis, il faut avoir aussi en tête le décalage horaire, le délai de réponses et le temps de traitement des différents formulaires à remplir. Sans compter, les demandes des lettres de « non objection » . Alors, un seul mot d’ordre : AN-TI-CI-PEZ !

Quelques adresses utiles…

En toute honnêteté, notre meilleure amie fut l’adresse mail du CAASL pour demander des informations. Cependant, voici les coordonnées des différents sites évoqués dans cet article. Elles pourront vous servir si vous décidez de vous rendre sur place directement.

Les bureaux du CAASL, situés à côté de l’aéroport international Bandaranaike à Colombo, sont ouverts du lundi au vendredi de 8h30 à 16h. Voici leur site internet, leur mail drone@caa.lk et leur téléphone +94 112 358 800 (demandez ensuite le service qui gère les drones).

Adresse du CAASL152/1, Minuwangoda Road (Opposite Radar Tower), Katunayake, Sri Lanka.

Pour l’OCDS, le plus simple reste sûrement de les joindre par mail : ocds.drone@gmail.com ou par téléphone +94 11 2674503.

Adresse de l’OCDSBlock n°5, Bandaranaike Memorial International Conference Hall (BMICH), Bauddhaloka Mawatha, Colombo, Sri Lanka.

Règlementation des drones au Sri Lanka

Vous avez maintenant la permission de survoler des lieux, c’est top ! Mais encore faut-il respecter quelques règles :

  • la hauteur maximale autorisée est de 45 mètres (ou 150 pieds) par rapport au sol.
  • respecter une distance minimale avec les personnes d’environ 150 mètres mais la règle commune internationale interdit le survol des personnes.
  • avoir toujours le drone en vue.
  • vérifier les conditions météo : pas de vols en cas d’orage, de fortes rafales de vent…

et avoir en tête les nombreuses interdictions :

  • pas de pilotage la nuit, ni 20 minutes après le coucher du soleil et 20 minutes avant le lever du soleil.
  • interdiction de faire décoller son drone depuis le toit d’un bâtiment, d’une surface surélevée…bref il faut qu’il soit au sol.
  • interdiction de le faire voler depuis un objet en mouvement si vous êtes dans cet objet. Par exemple : vous êtes sur un bateau, vous ne pouvez pas le faire décoller et atterrir sur ce dernier même si ce n’est pas vous le conducteur de l’engin en question. A titre informatif, pour nos vidéos avec le tuk tuk en train de rouler, je conduisais et Seb était resté « à terre » pour piloter le drone le temps des prises de vues.
  • pas de vols près des aéroports, bases militaires, tours de communication et où il y a des panneaux « drones interdits »

BON A SAVOIR︱Le timbre d’identification délivré par les autorités doit être apposé sur le drone. Il doit indiquer le numéro d’immatriculation, le numéro de carte d’identité nationale du propriétaire et ses numéros de téléphone d’urgence.

règlementation des drones au Sri Lanka faire voler son drone Sri Lanka

✴ Et si je ne veux pas enregistrer mon drone : quelles sont les conséquences ?

Dans le cas où vous ne respectez pas la réglementation des drones au Sri Lanka et que vous vous faites prendre par un agent de police, votre drone sera immédiatement confisqué et la CAASL informée du délit.

✴ Que faire en cas d’accident avec son drone au Sri Lanka ?

Si par malchance, vous avez un accident lors d’un vol avec le drone entraînant une destruction de biens publics ou privés et/ou blessures envers un tiers, vous devez suivre la démarche suivante. Premièrement, informez immédiatement le poste de police le plus proche. Deuxièmement, remplissez le formulaire CAA/AU/O17 dans le jour suivant l’accident puis transmettez-le au bureau de la CAASL par email (drone@caa.lk). Attention, vous devrez fournir également un justificatif d’assurance et le numéro d’identification fourni par le CAASL. Il est donc important d’enregistrer votre drone au préalable.

Désenregistrer son drone

Une fois votre voyage terminé, vous pouvez retirer votre drone de la liste d’enregistrement si vous le souhaitez. Pour cela, il suffira simplement de compléter le formulaire CAA/AU/012 en expliquant les raisons de cette démarche.


Et voilà, cet article informatif touche à sa fin. Il est le fruit de longues heures passées derrière l’écran alors nous espérons vraiment qu’il pourra vous être utile si vous décidez de voyager avec votre drone au Sri Lanka. Par contre, nous vous conseillons vivement de regarder régulièrement sur le site de la CAASL les conditions à remplir. Pour info, en l’espace d’un mois, le protocole avait changé ! Donc même si cet article a été écrit pour vous aider, rien ne remplace des informations prises auprès des autorités sri lankaises compétentes.

➳ Qui a déjà fait voler son drone à l’étranger ? Est-ce que les démarches étaient aussi compliquées ? Racontez-nous tout en commentaire. En tout cas, pour ceux qui voudrait louer un tuk tuk au Sri Lanka, rassurez-vous, la démarche est beaucoup plus simple que pour le drone.

signature animée blog de voyage tour du monde des loulous

Avez-vous aimé cet article ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.